vendredi 24 décembre 2010

Bonnes fêtes

En vacances dans les frimas, je vous souhaite à tous de bonnes fêtes et une bonne année 2011

dimanche 19 décembre 2010

Tristes illuminations de Noël

 

Alors que d'habitude la ville de Nauplie s'illumine à l'approche de Noël, cette année, elle ne semble pas y prendre goût.

Et pourtant, le personnel de la municipalité s'y est employé dès le début du mois de décembre, alors que les températures étaient encore bien estivales.







Mais le résultat est bien chiche.





Même les palmiers de la place de la mairie, qui jusqu'ici dégoulinaient de guirlandes, sont restés nus.

Les particuliers eux aussi ne semblent pas avoir le goût de décorer leurs balcons. 
La crise serait-elle passée par là aussi ?

mercredi 15 décembre 2010

Diversifier ses sources de revenus

Hier soir, Lakis Lazopoulos, a raconté la blague suivante dans son émission satyrique :

"Trois hommes, un Français, un Allemand et un Grec boivent un verre dans un bar. Arrive le Christ en personne. Ils l'invitent à se joindre à eux. 

Le Christ et l'aveugle Bartimée
Le Christ impose les mains sur le Français et le guérit de son mal de jambe.

Il impose les mains sur l'Allemand et le guérit de sa maladie de coeur.

Il va pour imposer les mains sur le Grec, mais celui se recule vivement et s'écrie :

"Non, non, surtout pas, je veux continuer à toucher ma pension d'invalide !"

samedi 11 décembre 2010

Première neige sur les montagnes

Après les chaleurs estivales de ces derniers jours, voilà que la température a brusquement chuté hier et ce matin, une jolie surprise m'attendait : la neige est tombée sur les montagnes du côté de Tripoli.

Le Bourtzi et à l'arrière (à gauche) le mont Artemisio (Vu sa forme les enfants l'appellent le néné d'Artémis !)
 

mercredi 8 décembre 2010

Soirée au pressoir à huile


Un ami m'a invitée au pressoir de son village pour assister à l'opération et déguster le cru 2010.

Les olives sont d'abord déversées dans une grande cuve, puis aspirées dans une première machine qui les débarrasse des dernières feuilles et les lave.


Puis, elles passent successivement dans quatre machines qui les broient (pulpe et noyaux confondus) pour en faire une espèce de tapenade bien âcre.


Cette pâte passe ensuite dans une première centrifugeuse qui en extrait l'huile et récupère le pirène,  poudre de pulpe et de noyaux, qui sera envoyé dans une usine pour en extraire de l'huile pour les machines. 


L'huile passe encore dans deux autres centrifugeuses avant de s'écouler dans un bac et être mise en bidon.


Tout le processus prend bien une heure et dure plus ou moins longtemps, en fonction de la quantité d'olives amenées. Hier soir, il y en avait un peu plus d'une tonne et le rapport était bon, puisqu'il n'a fallu que 4, 7 kilos d'olives pour obtenir 1 litre d'huile.


L'ambiance est d'abord bruyante, mais surtout chaleureuse, le sourire est sur les lèvres des propriétaires qui voient enfin le résultat du travail de l'année. 

La tradition veut que l'on déguste la nouvelle huile en faisant rôtir du pain, sur un feu de cheminée, lorsqu'il y en a une, ou au bout d'une fourchette, dans un four en l'occurence.


On passe ensuite la tranche sous le jet d'huile, on l'égoutte et l'on met en réserve, comme on dit dans les grands restaurants.

Il ne reste plus qu'à sortir la féta, le vin, les olives mises en saumure un mois auparavant, et le pique-nique se transforme en festin !


samedi 4 décembre 2010

La plage en décembre

Hier, 3 décembre, 21° à l'ombre (avant hier, 27° à l'ombre) alors je vous dis pas au soleil ! On se baigne !


Je sais, vous me direz qu'à Nauplie, il y a même une association des gens qui se baignent toute l'année, quel que soit le temps et la température. Mais hier, non, ce n'était pas vite fait bien fait, par mesure de santé, non, non, c'était pour le plaisir de barboter, presque comme en plein été.


Il y en a un qui doit regretter d'avoir fermer la cafétéria ! D'accord, ce n'est pas encore la foule, mais ce n'est pas non plus l'heure de la pause de midi.


vendredi 3 décembre 2010

O καφές – le café

le frappé
C'est la boisson grecque par excellence, et il y a le choix :
  • ελληνικό/elliniko (café grec),
  • φραπέ / frappé (un nescafé "shaké" auquel on rajoute des glaçons,
  • νες / nes (nescafé chaud),
  • γαλλικό / galliko (ou café français, en fait un café filtre),
  • εσπρεσάκι / espressaki (espresso tiré au percolateur)
  • καπουτσίνο / capuccino (avec de la mousse de lait),
  • φρέντο / freddo (espresso mélangé à des glaçons),
  • et j'en oublie certainement....

l'elliniko
On le boit σκέτο / sketo (ou πικρό / pikro – amer), μέτριο/ métrio (moyennement sucré) ou γλυκό / gliko (très sucré).

Il n'est pas servi dans les tavernes, mais au kafenio ou dans une cafétéria










jeudi 2 décembre 2010

La récolte des olives

champ près d'Epidaure
L'orage menace, le vent se lève, il est temps de penser à cueillir les olives, d'ailleurs, les branches croulent sous le poids des fruits.


Pour savoir si les olives sont mûres, on en prend une et on la presse entre le pouce et l'index; si un jus laiteux en sort, c'est que la récolte peut commencer.

mercredi 1 décembre 2010

L'entraide

Comme vous le savez sûrement, les Grecs vivent une crise économique sans précédent. La population subit de plein fouet les mesures draconiennes imposées par la "troïka", comme on l'appelle, à savoir le FMI, la BCE et l'Union européenne.  Le quotidien des gens en est affecté lourdement, mais heureusement le sens de la solidarité et de l'entraide n'a pas (encore) disparu.

La semaine dernière j'ai acheté les deux médicaments que je prends régulièrement et alors que d'habitude je les paie 24 €, la pharmacienne, cherche les prix dans son catalogue et ne me réclame que 21 €. Lorsque je lui dis qu'elle doit se tromper, elle me répond en souriant : "Qu'est-ce qu'on peut y faire ? Il faut bien s'entraider !". Visiblement elle a choisi le barème lui laissant une marge plus petite.

pain paysan au sésame

Ce matin, c'est au tour du boulanger de faire une action : 1 € le kg de pain ! Lorsque je lui dis que c'est bien appréciable, il répond lui aussi : "On fait ce qu'on peut pour aider, sinon où va-t-on ?"

Vive le commerce de proximité !

dimanche 28 novembre 2010

Grosse frustration

Grosse frustration ce matin : je reçois l'invitation au vernissage de ZAK'O, et je ne pourrai pas y participer !


Zako, est synonyme de créativité, d'imagination : des colliers, des collages, tout un univers au service du beau. 


Un atelier situé à St Georges sur l'île d'Oléron. Une visite à ne pas manquer, si vous êtes dans le coin. Une vraie caverne d'Ali Baba. En plus elle a un magnifique jardin.



A défaut, faites un tour sur son blog. Elle est un peu désorganisée et ne prend pas assez de temps, à mon goût en tout cas, pour le tenir à jour,  mais je vous assure qu'elle n'a pas cessé, depuis son dernier message, de compléter sa collection. Cela l'encouragera peut-être à nous faire partager sa fantaisie un peu plus régulièrement !

vendredi 26 novembre 2010

jupe ou pantalon ?

L'année dernière, une de mes voisines est morte et je me suis bien sûr rendue à son enterrement.

La veille au soir, je reçois un téléphone affolé, d'une connaissance commune qui sait que je porte toujours des pantalons et qui me rappelle que pour l'enterrement, il faudra que je porte une jupe, au risque de me faire sortir de l'église par le pope ! 

Catastrophe, je n'en ai plus aucune depuis bien longtemps. Tant pis, je mets mon costume pantalon noir le plus chic et je me rends à l'office. Je reste discrètement dans un coin. Personne ne me dit rien.

Un peu après, au moment où la famille et les amis se retrouvent dans un café proche pour une petite collation, je constate qu'effectivement, je suis la seule femme en pantalon. Je m'inquiète de savoir si c'est gênant, mais on me répond, qu'à Nauplie, on n'est pas à la campagne et qu'ici, les popes sont modernes !

Ici, la jupe n'a pas encore pris des allures de revendication !

jeudi 25 novembre 2010

Trois mandarines à défaut de lumière

 

Hier, je me suis rendue à Poros avec l'idée de faire quelques photos pour Mes escapades, mais c'était sans compter avec la tombée du jour, bien rapide en cette saison. Et pourtant vers 16 heures le ciel était encore très beau et je me suis arrêtée pour prendre une photo de cet arbre, près du théâtre d'Epidaure.







 
 
J'ai poursuivi ma route et au moment où elle retrouve la côte, la péninsule de Méthana était couronnée de nuages impressionnants.





samedi 20 novembre 2010

Chat amoureux

Ma chatte a un amoureux. Tous les matins, il attend patiemment qu'elle veuille bien sortir sur la véranda. Tous les matins, elle prend d'abord le temps de manger ses croquettes, de faire sa toilette, avant de se poster bien en vue, mais inatteignable sur le pas de la porte. Il faut dire qu'en bon chat grec, Monsieur X, n'appartient à personne et surtout n'entre  dans aucune maison. Il ne lui reste plus qu'à la regarder, langoureusement...


Il est vrai qu'à certaines périodes, il est beaucoup plus téméraire et n'hésite pas à braver ma présence pour l'attraper, mais ces jours-ci, non, il attend...

Lorsque je sors, il fait mine de s'en aller, mais résiste encore un peu , pour un dernier regard suppliant et plein de regrets.

mardi 16 novembre 2010

Spirales, en écho à Roger Dautais


Le musée des arts cycladiques présente une collection des arts antiques de Grèce, du néolitique (7000 av. J.-C.) à la période romaine. C'est ainsi que j'ai découvert cette magnifique poterie de la période pré-géométrique (1100 av. J-C.) qui m'a immédiatement fait penser aux magnifiques spirales de Roger Dautais.



Je lui dédie donc ce billet, en guise de clin d'oeil, car comme l'explique la photo ci-dessous, les Mycéniens avaient trouvé un moyen bien pratique pour dessiner ces spirales, alors que Roger nous raconte la concentration, les efforts physiques (mais aussi sa satisfaction, bien sûr) que lui demandent ses créations éphémères.

lundi 15 novembre 2010

La coupe Hardy

Le palmier phoenix situé à l'angle de mon petit carré de jardin était devenu trop envahissant et surtout gênant pour tous ceux qui dépassent 1m60.
Hier, à grand renfort de scie électrique, on lui a fait une coupe Hardy !

samedi 13 novembre 2010

La châine de l'amitié

En ce jour consacré à la bonté, je veux bien participer au relais de l'amitié que m'a gentiment proposé Norma C





1 Quand vous étiez petit(e), que répondiez vous à la question : "Et toi, que veux tu faire quand tu seras plus grand(e) ?"
Je ne voulais pas grandir.... Je voulais mourir après m'être confessée ! Cela a persisté à l'adolescence avec la découverte de l'existentialisme ou ce que je prenais pour tel, je ne voulais pas dépasser les 47 ans ! Cela me paraissait si vieux !

2 Quels ont été vos BD et dessins animés préférés ?
Toute petite, sans conteste : les aventures de Pezzi. Bien plus tard : Le Café de la Plage.
 
3 Quels ont été vos jeux préférés ?


Le "hâte-toi-lentement" comme on l'appelle en Suisse, mais je crois que maintenant on parle des "petits chevaux".
 
4 Quel a été votre meilleur anniversaire et pourquoi ?

Aucun en particulier. Je m'arrange toujours pour passer une très bonne journée ce jour-là.
 
5 Qu'est-ce que vous auriez absolument voulu faire que vous n'avez pas encore fait ?

Apprendre encore et encore.
 
6 Quel était votre premier sport préféré ?

Je ne suis pas sportive du tout. Même côté natation, je me contente de passer des heures à barboter.
 
7 Quelle était votre première idole de musique ?
Huges Aufray.

 
8 Quel est le plus beau cadeau de Noël (ou l'équivalent) que vous avez reçu ?

J'aime tous les cadeaux et plus spécialement les livres.


Το φεγγαρι - la Lune

Je suis en train de lire "Au coeur des mythologies" de Jacques Lacarrière et avant même que de l'avoir terminé, j'en extrais un passage concernant la Lune, si chère aux Grecs. (Dans un prochain billet, je reviendrai sur le nombre de chansons populaires qui ont pour thème la lune, ses bienfaits et ses maléfices).

"Si le soleil est l'oeil du jour, la lune est tout naturellement l'oeil de la nuit. Un tel parallélisme n'a guère besoin d'être justifié. Tous les peuples ont considéré que ces deux yeux, qui ne se rencontrent pourtant jamais dans le ciel, si ce n'est aux rares intervalles des éclipses, appartenaient à un même visage divin. Quelle que soit la nature de leurs rapports, qu'ils soient frère et soeur, mari et femme, associés ou rivaux dans la quête du pouvoir suprême sur les hommes, aucun mythe ne met en doute l'existence de ces rapports. (...)
Elle (la lune) intervient, tout comme le soleil, dans la vie et dans les visions des hommes mais par les voies du fantastique, de l'ombre et de la confusion. Elle commande aux forces nocturnes, et crée sur la terre une atmosphère d'angoisse et d'irréalité. Et surtout, à la différence du soleil, elle ne reste jamais intacte dans le ciel : chaque mois, elle diminue, change de forme, se mue en un fin croissant aux cornes menaçantes et disparaît pendant trois jours. Quand elle réapparaît fragile et minuscule, c'est pour retrouver sa forme première et recommencer le même cycle de disparitions et de réapparitions sans fin. Elle a, en somme, une "histoire" mystérieuse, dramatique, vite assimilée à celle d'une mort et d'une résurrection périodiques. C'est pourquoi, dans les mythes les plus anciens, la lune gouverne à la fois la Mort et l'Immortalité."

Ce lien entre le soleil et la lune est encore très présent et on trouve dans les jardineries des céramiques décoratives réunissant le soleil et la lune.

mercredi 10 novembre 2010

Je relève le défi

Je relève le défi lancé par Djinns et Jeans :

"Citez quinze auteurs, incluant les poètes, qui vous ont influencé et que vous garderez toujours dans votre coeur. Listez en moins de 15 minutes, les 15 premiers qui vous viennent en mémoire."

Panaït Istrati
Marguerite Duras
Boris Vian
Jean Genet
Panaït Istrati
Nikos Kazantzaki
Naghib Mahfouz
Simone de Beauvoir 
Henry Bauchau 
Jacques Lacarrière
Lawrence Durrell
Corina Bille
Italo Calvino
Raymond Queneau

Dans le désordre... avec des oublis, bien sûr !

Et je lance le défi à


Liza - Le blog de Liza
Nafpliotissa - Mon grain de sel à Nauplie
Croukougnouche - Petites histoires sans importance
Autourdupuits

dimanche 31 octobre 2010

Belle, mais étrange partrie

Après les élans patriotiques du 28 octobre, en voici une version plus critique mais surtout plus poétique.

Il s'agit d'un poème d'Odysseas Elytis, qu'Angelica Ionatos a mis en musique et qu'elle interprète depuis près de 30 ans maintenant.





jeudi 28 octobre 2010

ΟΧΙ - NON

Le 28 octobre est la fête nationale qui célèbre le refus de Metaxas, en 1940, de capituler devant l'ultimatum de Mussolini.

A ce propos je vous laisse apprécier cette chanson des années 50 





Vous pouvez trouver la version patriotique de ces événements vu par les Grecs de la diaspora en cliquant ici ou une version un peu plus historique en visitant le kafenio

dimanche 24 octobre 2010

Koroni-Athènes en bus


Prendre le bus pour se rendre de Koroni à Athènes, cela commence par un petit café à la station, pour une dernière cigarette, tout en regardant la rue commencer à s'animer avec les élèves qui rejoignent leur collège, les échoppes qui ouvrent les unes après les autres. Enfin le bus arrive et fait de savantes manoeuvres pour tourner sur une place qui semble bien petite pour lui. Ensuite, il s'agit de trouver sa place – chaque bus est un peu différent – en cherchant les numéros, soit sur le dos du siège, soit sur le porte-bagage en hauteur, soit sur l'accoudoir. 

Et puis c'est le plaisir de redécouvrir, haut perchée, le paysage maintes fois parcouru en voiture. L'interdiction de fumer est formelle, mais comme nous ne sommes pas bien nombreux, le chauffeur s'octroie une petite faveur. Je suis tentée de lui demander si je peux en faire autant, mais je n'ose pas et me contente de mâchouiller une nicorette. Il klaxonne volontiers en signe de bonjour, lorsqu'il passe devant un atelier dans lequel doit travailler l'un de ses amis, il répond aux appels qu'il ne cesse de recevoir sur son portable et entame une discussion assidue avec l'un des passagers qui lui a fait signe de s'arrêter sur la route. Il redescendra d'ailleurs un peu plus loin, toujours au milieu de nulle part.

mercredi 20 octobre 2010

Το λεωφορείο – le bus




Hier j'ai passé cinq heures et demie dans le bus reliant Koroni à Athènes. Autant vous dire que ce fut long ! Mais je me suis amusée de l'invective du chauffeur à un automobiliste qui hésitait à un carrefour,  juste devant lui :
- "Tu as peur de casser les oeufs ?"












(A part ça, j'ai récupéré mon mac et je vais pouvoir me relancer dans la publication de messages)

jeudi 30 septembre 2010

Le homard


Le dernier jour de mon séjour à Folegandros, je vois le patron de la taverne revenir du port avec un homard ! Je lui demande de me le réserver pour le repas du soir, où je compte inviter quelques-uns des amis que je me suis faits durant le mois que j'ai passé dans l'île.

© Arnaud Malon
Entre-temps, je me baigne encore une fois, je passe l'après-midi chez les voisins à rire, danser, manger des poissons grillés le tout généreusement arrosé d'ouzo. Une petite sieste s'impose, puis préparation du bagage, le bateau part à 4h. demain matin, autant être prête. J'en profite pour payer mon dû pour la chambre et là catastrophe ! J'ai bien gardé suffisamment d'argent pour payer la chambre, mais ne sachant pas que le prix des appels passés depuis la chambre sont lourdement taxés (c'est la première fois que je dispose d'un téléphone dans un room to let), il ne me reste quasiment plus rien pour le homard !

vendredi 10 septembre 2010

Le rébétiko en dessin

Je viens de découvrir cette vidéo qui reprend les dessins que David Prudhomme a réalisé pendant un concert de Rébétiko. J'aime ce coup de crayon qui traduit parfaitement l'âme du rébétiko et de son époque.  Pour en savoir plus sur David Prudhomme, je ne peux que vous inviter à visiter son site.
La chanson s'appelle "Pergamé" et est interpertrée par Dimitri Katséris, Panos Mentjos, Thomas Gossely. 



mercredi 8 septembre 2010

Monastiraki : le marché aux puces

Avant-hier, de passage à Athènes, j'ai fait un tour au marché aux puces de Monastiraki, pour le plaisir des yeux, pour l'atmosphère.

J'ai toujours aimé chiner, malheureusement, à Nauplie, on ne trouve pas de brocantes. Alors, j'ai passé un bon moment, à regarder, fouiller, sans rien chercher de particulier, juste comme ça, pour la nostalgie portée par tous ces objets, témoins d'une autre vie, d'une autre époque. 


Les meubles attestent d'une vie bourgeoise cossue, les nombreux luths et autres bouzoukis et baklamas ont dû être remplacés par des guitares électriques, les ex-votos n'ont plus vraiment cours et se trouvent bradés et en vrac, les vieilles radios, les vieilles machines à écrire... Tout un passé, pas si éloigné que cela, qui revient en mémoire et qui me ravit.

dimanche 5 septembre 2010

Confiture de figues

C'est la saison des figues et donc des confitures. D'abord, il faut les cueillir et pour cela trouver un arbre un peu caché, pour qu'il y reste  encore quelques fruits; ceux du bord de la route sont toujours sollicités par les passants qui n'y résistent pas et s'arrêtent pour les déguster sur place.

De retour à la maison, je m'y colle. Voici ma recette, toute simple :




Ingrédients :

1 kg de figues (blondes ou violettes)
1 kg de sucre
2 dl. d'eau


Je lave les figues et pèle les fruits dont la peau est trop épaisse (souvent le cas pour les violettes)
Je les coupes en quatre dans une bassine


Je rajoute le sucre et l'eau et je mets la bassine à grand feux jusqu'à ébullition. 
Je baisse le feu et laisse mijoter pendant 20 à 30 minutes, jusqu'à ce que la cuillère en bois ne laisse échapper que 3 gouttes.


Je verse dans des pots stérilisés que je retourne avant de les étiqueter. 

samedi 4 septembre 2010

Premiers nuages

Après plus de deux mois d'absence, ils sont revenus ! Qui donc ? Les nuages.  Avant hier, j'ai eu la plaisir de retrouver un peu de fraîcheur le matin au réveil et même s'ils ne nous apportent pas encore de pluie, ils nous annoncent la fin des grandes chaleurs et le début d'un long automne qui va se prolonger jusqu'à fin novembre.

Je me suis amusée à photographier le ciel tout au long de la journée :


Au lever du soleil de 7h.06 à 7h.22
Le matin de 9h à 11h.
A la mi-journée de 12h. à 15h.
Dan l'après-midi de 16h à 18 h.
Le soir de 19 h à 20h.20